Archives de catégorie Arbres fruitiers

Planter un pommier – 7 étapes pour une délicieuse récolte de pommes !

Quel est le meilleur moment pour planter un pommier ? C’était il y a dix ans ! 😉 Si tu n’as pas encore planté de pommier à l’époque, il est grand temps de le faire ! Alors, enfile tes bottes en caoutchouc et sors dans le jardin ! Je vais te montrer comment faire.

Quand dois-je planter mon pommier ?

L’automne est le meilleur moment pour planter un pommier ! Jusqu’au printemps prochain, ton petit arbre aura suffisamment d’occasions d’enfoncer ses racines profondément dans la terre et de s’acclimater à son nouvel emplacement. Et tu dois moins arroser, car il y a plus de précipitations en automne. Mais en principe, tu peux planter ton pommier toute l’année !

Tout dépend en effet de la forme que tu souhaites lui donner. Tu peux acheter de jeunes pommiers en conteneur ou à racines nues en motte.

Le conteneur signifie que ton nouvel ami vert vivra dans un pot rempli de terre avant de s’installer dans ton jardin. La variante à racines nues se présente sans pot ni terreau – tu achètes un petit arbre dont la motte de racines est entièrement libre.

Les conteneurs ont l’avantage de pouvoir être plantés toute l’année, mais ils sont aussi nettement plus chers. Les arbres à racines nues, moins chers, peuvent être plantés d’octobre à avril, tant qu’il ne gèle pas.

C’est parti : planter un pommier en 7 étapes simples

Vous êtes prêts à vous lancer, toi et ton nouveau pommier ? Alors je vais te montrer étape par étape comment installer confortablement ton futur colocataire dans son petit coin !

Étape 1 : arroser le pommier

Avant de commencer, coupe les racines principales de ton pommier à racines nues de quelques centimètres et élimine toutes les racines qui sont pliées, blessées ou desséchées. Ensuite, tu le mets dans un bac d’eau pendant quelques heures. Les plantes en conteneur sont placées dans le bain d’eau sans pot en plastique. Ici, tu ne dois pas non plus couper les racines. De cette manière, ton petit arbre peut boire à satiété avant de planter le pommier.

Étape 2 : creuser le trou de plantation

Maintenant, il faut de la force musculaire : pour ton pommier, tu as besoin d’un trou de plantation qui, pour les plantes en conteneur, doit être au moins deux fois plus large et environ deux fois plus profond que le pot. L’arbre ne doit toutefois être enfoncé que jusqu’à ce que son point de greffe soit à une largeur de main au-dessus du sol.

Pour les arbres à racines nues, tu creuses un trou d’environ 50 à 60 centimètres de large et suffisamment profond pour que le point de greffe se trouve également à environ une largeur de main au-dessus de la surface du sol.

Psst : si tu poses ton mètre au-dessus du trou de plantation et que tu y places ton petit arbre, tu peux facilement voir si tu as déjà creusé assez profondément !

Tu peux ensuite ajouter un peu de compost dans le trou de plantation pour que ton pommier trouve tout de suite un peu de nourriture lorsqu’il étendra ses racines.

Étape 3 : planter un piquet en bois

Avant de planter le pommier, tu as encore besoin d’un piquet en bois pour le soutenir ! Il permettra à ton arbre de ne pas être un drapeau dans le vent, mais de s’affirmer courageusement et de rester stable dans le sol. Le piquet doit être suffisamment haut pour que tu puisses l’enfoncer d’un bon demi-mètre dans le sol et qu’il atteigne ensuite le début de la couronne de l’arbre.

Si tu habites dans une région particulièrement venteuse, il est judicieux de planter deux piquets. Deux fois valent mieux qu’une ! 😉 Les piquets de bois doivent être espacés d’environ 30 à 40 centimètres de l’écorce.

Étape 4 : c’est le moment de planter le pommier !

Après tous ces préparatifs, tu peux enfin sortir ton petit arbre du seau d’eau et le placer dans le trou de plantation.

N’oubliez pas de le faire : Le point de greffe doit être à une largeur de main au-dessus du sol !

Ensuite, tu remets la terre creusée dans le trou de plantation et tu la tasses avec précaution. Tu ne veux pas blesser ton pommier !

Il te reste probablement de la terre : tu en fais une bordure d’arrosage tout autour du trou de plantation. Ainsi, l’eau reste là où tu veux qu’elle soit.

Maintenant, tu peux encore aménager ce que l’on appelle une zone d’arbre : Pour cela, tu pailles l’endroit de plantation jusqu’au bord d’arrosage avec des copeaux de bois. Cela protège ton jeune arbre fragile des mauvaises herbes et des maladies et maintient l’humidité dans le sol.

Étape 5 : attacher le pommier

Tu y es presque – il ne te reste plus qu’à attacher ton petit arbre au piquet en bois ! Pour cela, il faut faire un peu attention : tu poses en effet une corde en forme de huit autour du tronc et du piquet en bois.

Ensuite, tu enroules plusieurs fois le milieu de la corde et tu fais un nœud au piquet de bois. Tu peux encore le fixer à l’aide d’une pince ou d’un clou, afin que la corde ne glisse pas avec le temps et ne soit plus utile à ton pommier.

Étape 6 : tailler le pommier

Après la plantation du pommier, ton petit arbre a encore besoin d’une taille de plantation ou de formation pour former une belle couronne.

Pour ce faire, raccourcis la branche principale et trois ou quatre branches latérales d’environ un tiers, et coupe complètement les autres branches latérales. Les branches latérales restantes doivent toutes avoir la même longueur afin de former une pyramide. Si elles sont très raides et font ainsi concurrence à la branche principale, tu les attaches vers le bas avec une corde.

Les groseilliers aussi te remercient d’une taille régulière en produisant beaucoup de fruits !

Étape 7 : arroser le pommier

Bravo, c’est fait ! Félicitations au nouvel habitant du jardin ! 🙂 Il ne te reste plus qu’à aller chercher un arrosoir et à l’arroser de toutes tes forces. Et ensuite, il faudra être patient jusqu’à ce que tu puisses déguster les premières pommes délicieuses !